Historique
Célébrités

source wikipedia
L'histoire de l'escrime a commencé avec celle de l'humanité ou presque. Dès que l'homme a su travailler le bois puis le fer, il a fabriqué des armes pour se défendre et survivre. Il a été dans l'obligation de compenser son infériorité physique avec des armes
Lire la suite
Escrimeurs de légende
Les artistes du fleuret et les héros de cape, de sabre et d’épée sont légion. Malheureusement, comme l’affirmait La Boëssière,
Lire la suite

Escrimeurs de légende

PDF Imprimer Envoyer
 
 
Index de l'article
Escrimeurs de légende
Escrimeurs de légende (page 2)
Escrimeurs de légende (page 3)
Escrimeurs de légende (page 4)
Escrimeurs de légende (page 5)
Toutes les pages

Les artistes du fleuret et les héros de cape, de sabre et d’épée sont légion. Malheureusement, comme l’affirmait La Boëssière, « Les tableaux survivent aux peintres, les marbres aux statuaires, l’œuvre de musique et de poésie au musicien et au poète ; il n’en est pas ainsi des exercices du corps : la danse, les armes, l’équitation ne laissent point de traces de l’exécution parfaite de ceux qui s’y sont distingués ».

Personnages de fiction ou êtres de chair et de sang, nombreux sont les escrimeurs à avoir traversé l’Histoire... Ils écrivent leurs noms à la pointe de l’épée, du sabre ou du fleuret.


D’Artagnan et les romans de cape et d’épée


La littérature d’aventures n’est pas démodée. Elle exprime, comme le dit Arturo Pérez-Reverte, auteur du Maître d’escrime, « des valeurs qui tirent les hommes vers le haut ; quand on lit le Bossu ou Cyrano de Bergerac, on quitte quelques heures la grisaille du quotidien et après avoir fermé le livre, on sort plein de courage, de foi et d’espérance. Ces livres sont des éclats de lumière. »
Rendons à notre tour un discret hommage à ces romans de cape et d’épée dans lesquels peuvent s’apprendre des valeurs essentielles à l’existence : amitié, fidélité, bravoure, un certain goût pour le panache et l’aventure. Celui qui incarne le mieux cette façon de regarder le monde est sans conteste d’Artagnan.

Charles de Batz de Castelmore, comte d’Artagnan (1611-1673), naquit à Lupiac, dans le Gers. Inscrit aux gardes du roi à 17 ans, il prit part au siège d’Arras et entra aux mousquetaires en 1640. Il se maria à Charlotte de Chancely et fut nommé capitaine chez les mousquetaires de Louis xiv, puis maréchal de camp. En 1661, il arrête Nicolas Fouquet, le surintendant des finances. Il fut tué au siège de Maastricht en 1673.

Les prétendues Mémoires éditées en 1700 à Cologne, sont en réalité dues au célèbre faussaire Courtilz de Sandras. C’est grâce à lui, entre autres, et à Auguste Maquet, auteur d’un essai sur d’Artagnan, qu’Alexandre Dumas fera paraître son roman en 1844, prouvant une fois de plus qu’on peut être mulâtre et employer des nègres.

En l’occurrence, Alexandre Dumas était lui aussi un excellent escrimeur. Il fréquentait assidûment la salle d’armes du maître Grisier en compagnie de Théophile Gautier. Il fut accusé par Sainte Beuve d’avoir « violé l’histoire ». « Oui, je reconnais l’avoir fait, mais je lui ai fait de si beaux enfants… » riposta-t-il du tac au tac. Son d’Artagnan fut le héros du seul roman français consacré à l’amitié, il sera également le géniteur indirect de générations d’escrimeurs.


Le chevalier Pardaillan est également le héros d’une grande saga romanesque que Michel Zévaco mit en feuilletons en 1902. Ayant mis son épée au service des rois, Pardaillan déjoue les complots ourdis contre la Couronne. Brave, généreux mais malheureux en amour, Pardaillan luttera contre Catherine de Médicis puis Philippe II d’Espagne, contre Concini et Marie de Médicis. Il est la figure même du héros maître de son destin qui ne souffre aucune servitude et n’accepte aucune compromission.